Le terroir

Une AOC : deux terroirs et deux vins différents !

Ce sont deux terroirs différents qui composent les 1400 hectares de l’AOC Bourgueil. Deux terroirs sur lesquels naissent deux types de vins distincts.

Au sud de l’appellation, plus près de la Loire, une large terrasse de sable et de graviers donne des vins plus fruités, plus parfumés, plus légers, intéressants dès leur jeunesse et pouvant vieillir de 2 à 5 ans. Ils peuvent être servis légèrement frais (13 °C). Ce sont les « vins de graviers » ou « vins de printemps ».

Au nord de l’appellation, sur les coteaux argilo-calcaire exposés plein sud, on obtient des vins aux tannins plus présents, avec une bonne charpente, méritant de vieillir 1 ou 2 ans pour commencer à s'épanouir et pouvant donner de très belles bouteilles, capables dans le meilleur des cas de se conserver plus d’un siècle ! Parce que ce calcaire, avec lequel on a bâti maisons, châteaux et abbayes, est appelé « tuffeau », ce sont les « vins de tuffeau » ou « vins de garde ».

Il faut remonter 200 millions d’années en arrière, à l’époque où l’océan recouvrait Bourgueil, pour comprendre la formidable histoire de la création de nos terroirs.

Sur ce premier panneau, nous observons un phénomène qui a duré 135 millions d'années.

L'océan qui recouvrait notre région a déposé de grandes quantités de sédiment. Jusqu'au sénonien notre région a été sous l'eau.

Sur ce panneau, nous observons le dernier dépôt sédimentaire, celui du sénonien. A chaque changement climatique la profondeur et la température de cet océan a varié, ceci a provoqué des dépôts sédimentaires différents.

Le Jurassique, époque des gros dinosaures à la base puis le cénomanien, le turonien, qui était une mer très profonde et chaude au début pour finir peu profonde et tropicale (on retrouve d'ailleurs dans le turonien supérieur des restes de coraux).Ce dépôt sédimentaire nous intéresse tout particulièrement, nous le verrons tout à l'heure. Puis le sénonien, mer peu profonde qui finit en grand lac.

Le panneau nous décrit le dernier grand phénomène cataclysmique que notre planète ait connu : l'Eocène.

Il est maintenant prouvé qu'au début de l'éocène un gros astéroïde a percuté notre planète au niveau du Mexique. Il s'agit de l'astéroïde de chicxulub.

La dimension de l'astéroïde a été évaluée à 10 km de diamètre. L'impact a provoqué un séisme de magnitude 10 et l'énergie dégagée égale à 100 millions de fois Hiroshima.

Outre le choc, cela a projeté une quantité immense de poussière dans l'atmosphère, provoquant un hiver nucléaire, détruisant 80% des espèces animales et végétales sur les terres et les océans. Plus de lumière, plus de photosynthèse, plus de plantes, plus de plancton, rupture de la chaîne alimentaire.

Dans le sol de l'éocène, aucune trace de vie. C'est un sable fin transporté par le vent, son épaisseur est d'environ un mètre.

Sur ce panneau nous observons deux phénomènes:

Le premier concerne notre planète, c'est la glaciation. Notre région se trouve sous les glaces.

Le deuxième phénomène est ici beaucoup plus localisé.

Ce sont de grands phénomènes sismiques.

Le Bourgueillois, le Véron ont subi de gros tremblements de terre (nous sommes d'ailleurs sur les cartes actuelles situés sur zone sismique sensible).

Ces phénomènes sismiques ont provoqué une succession de plissements qui ont arrondi toutes les couches de sols précédemment formées. Ce phénomène s'observe visuellement en comparant les couches de tuffeau dans les caves de Bourgueil et de Langeais à 15 km. Dans le Bourgueillois, les couches sont arrondies et fragmentées, à Langeais elles sont parfaitement horizontales.

Une faille géologique, affaissement du sol, démarre du Véron, Savigny en Véron, Avoine, traverse la Loire à Rigny Ussé et se perd dans les hauts de St Patrice. De récentes études tendent à prouver qu'il y a eu également une faille dans le sens Nord Sud à Ingrandes de Touraine. Ceci est important car elle a dû en partie être responsable de l'élargissement de la Vallée de la Loire au niveau de cette commune.

Nous nous rapprochons de nous, en cette date de - 1 640 000 ans.

La terre va subir cinq glaciations et déglaciations successives.

La fonte des glaces va à chaque fois provoquer un vaste déplacement d'eau pour rejoindre l'océan, qui a désormais à peu près sa configuration actuelle.

C'est la naissance de la Loire.

Ce fleuve va creuser petit à petit son lit, en pénétrant dans les différentes couches de sols d'abord l'éocène très sableux, puis...

Puis le sénonien, le turonien.

En effectuant son travail d’érosion, la Loire transporte de vastes quantités de sable et graviers dans le fond de son lit.

Ces matériaux proviennent des régions en amont notamment du Massif Central.



A - 15 000 ans, dernière déglaciation, la Loire a son visage actuel. Elle repose sur le jurassique, couche de sédiments plus dure que les autres.

Pour notre Bourgueillois, la faille d'Ingrandes de Touraine a provoqué un élargissement de la vallée, puis phénomène très rare, sur tout le long de la Loire un vaste dépôt de sable et graviers.

Cette couche de "grave" de plusieurs mètres d'épaisseur est un hasard de la nature.

Très récemment les hommes sont apparus sur ce territoire. Ils ont rapidement compris que le microclimat, le fleuve, et la végétation présente faisaient de cette vallée un endroit rêvé pour y vivre.

La vigne cultivée est apparue pour la première fois en Mésopotamie (l'actuel Irak). Au fil des siècles elle a traversé la Méditerranée. Arrivée à Marseille à l'époque Gallo- Romaine elle a rapidement colonisé le territoire de la Gaule.

Présente chez nous depuis cette période, elle s'est vraiment développée à partir du Moyen Age.

Au fil des générations, les hommes ont appris à connaître leur terre et ils ont trouvé le cépage le mieux adapté, le cabernet franc, ainsi que le sol le plus qualitatif.

Sur ce panneau ont distingue notre AOC dans le sens Nord Sud.

Au Sud, la Loire dans son lit mineur entre les levées construites au Moyen Age sous HENRY II Plantagenêt (Mari d'Eléonore d'Aquitaine et père de Richard Cœur de Lion).

Ensuite un premier montile de sable et graviers sur les communes de Chouzé et la Chapelle, puis une vaste zone de sol argileux propre à la culture du maïs ou du blé, avec les ruisseaux du Changeon ou du Lane.

On aperçoit ensuite la terrasse de sable et gravier sur les communes d'Ingrandes, Restigné, et Bourgueil. Ces deux zones Restigné et Chouzé sont le résultat des dépôts de graviers de la Loire. C'est un sol remarquable pour la culture de la vigne.

Profond de quelques centimètres à plusieurs mètres, posé sur sous sol du cénomanien soit du turonien.

L'eau est rapidement drainée, lesol se réchauffe rapidement, ce terroir produit des vins souples, délicats ronds et fruités.

Arrive ensuite le coteau avec le turonien. Le tuffeau en surface se dégrade et forme un complexe avec l'argile. C'est l'argilo calcaire que l'on appelle ici « la tuf ». Le tuffeau c'est la roche qui a permis de construire les maisons et les châteaux, et ainsi a provoqué la création des caves aujourd'hui utilisées pour conserver les bonnes bouteilles de Bourgueil.

Nous vous conseillons